Je ne suis pas parfaite et c'est tant mieux !

August 18, 2018

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous mais, moi, je n’en peux plus des conseils en tout genre pour nous pousser à être toujours un peu plus comme-ci ou un peu moins comme ça, juste pour correspondre à l’image que l’on se fait de nous !

 

A croire que les autres ont toujours une idée très précise de ce que l’on est censé faire, dire ou être. Surtout lorsqu’on est dans l’accompagnement humain comme moi, aucun écart n’est toléré !

Au moindre débordement, on s’entend dire : « Hey cool, tu devrais Être un peu plus relax, toi qui es sophrologue, tu devrais le savoir mieux que personne ! »  Autant vous dire que c’est le genre de phrase qui me fait grincer des dents … 😉

Non mais c’est vrai, à croire qu’on nous reconnait en tant que personne uniquement par le biais de notre profession !  Très franchement, c’est une vision très restrictive de l’individu parce qu’on ne tient pas compte de toute la richesse de son identité et, surtout, on lui retire ce qui le rend si humain : sa fragilité !

 

Pour ma part, oui, je suis sophrologue et coach. Donc,  j’ai des outils très efficaces pour gérer mon monde intérieur et mon rapport aux Autres. Oui, grâce à mon métier, je me connais très bien et, pour ainsi dire, dans les moindres recoins et je sais reconnaitre la palette de mes émotions lorsqu’elles arrivent au galop.

Mais, pour autant, je suis comme tout le monde, soumise à certaines contraintes, frustrations, stress et il peut arriver quelques « débordements ». Eh oui, au risque de décevoir certains, une sophrologue n’est pas une version occidentalisée d’un Deepak Chopra qui, face à n’importe quels évènements, incarne la zenitude absolue en restant stoïque, le sourire aux lèvres et les épaules légères.

Eh oui, moi aussi, je cours après le temps pour m’occuper de mon fils de deux ans et demi, développer mon entreprise de coaching lancée sur internet, travailler à mon cabinet, gérer la logistique de la maison, créer des espaces harmonieux dans le couple… jusqu’à m’oublier et, parfois, en perdre haleine !

 

 

Alors, pas de panique ! Dans ces moments d’essoufflement, on fait une pause et on prend le temps de ressssssssssssssssssssssssssspirer ! 😉

En ce qui me concerne,  le meilleur remède que j’ai trouvé aux petits débordements qui engendrent très souvent culpabilité, tristesse, frustration et j’en passe,  c’est l’auto-compassion et je ne blague pas, c’est un sujet très sérieux ! 😊

D’ailleurs, des études scientifiques ont prouvé l’impact de l’auto-compassion sur la santé : les gens sont moins anxieux, moins dépressifs et, surtout, moins stressés.

Attention, ne tombez pas dans le piège en imaginant qu’il s’agit là d’être dans la complaisance à tout bout de champ et d’excuser tous les comportements négatifs. Bien au contraire ! Il s’agit de veiller, le plus justement possible, à être compréhensif envers soi-même,  en tenant compte de nos limites et de nos besoins, comme nous pourrions le faire pour notre enfant.  Les neurosciences ont démontré que la bienveillance aide  au développement de nos enfants, les sécurise et renforce leur estime de soi. Alors, pourquoi ce qui est valable pour eux ne le serait-t-il  pas pour nous ?

Être aimable envers soi-même, c’est accepter ses fragilités, ses imperfections avec beaucoup de bienveillance et comprendre que ce cheminement nous permet de continuer à apprendre !

 Il est donc temps d’être doux avec soi-même, de se complimenter lorsqu’on fait quelque chose de bien ou qu’on avait prévu, de se souhaiter le meilleur pour continuer à grandir et se dire que ce nous faisons chaque jour est déjà suffisamment bien, même si ça n’est pas parfait !

Être conscient de qui nous sommes, dans nos limites, nos fragilités, peut nous aider à mieux accepter nos souffrances, nos frustrations, nos colères. Reconnaitre notre imperfection est déjà un pas de plus vers notre expansion.

L’auto-compassion nous offre l’occasion unique d’investir simultanément le rôle de parent et d’enfant.  D’unir en soi le guide et l’apprenti ; l’un pour accompagner, encourager et l’autre pour évoluer, grandir et s’améliorer.

Et si vous ne savez pas trop par où commencer, posez-vous uniquement ces quelques questions :

  • « Comment je prends soin de moi au quotidien ? »

  • « Comment je me parle après avoir dit ou fait quelque chose que je n’apprécie pas ? »

  • « De quoi ai-je besoin ? »

  • « Comment je réponds à ces besoins ? »

Ces moments de douceur que vous vous offrirez finiront par créer de nouvelles habitudes vous concernant et vous ouvriront de nouvelles perspectives pour votre propre évolution.

Je suis probablement comme vous toutes, à courir plusieurs lièvres à la fois avec pour ambition d’être la meilleure dans chaque domaine et c’est tout à fait légitime ! Mais ne nous oublions pas dans cette course frénétique au Bonheur et, pour cela, rappelons-nous, de temps en temps,  que l’essentiel est de faire de son mieux ! 😉

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
  • Icône social Instagram
  • Pinterest social Icône

2017 par Monya REKIK avec Wix.com